VIVRE LE SALON DE GENÈVE

VIVRE LE SALON DE GENÈVE

Un salon pas comme les autres


Parmi les grands salons automobiles traditionnels mondiaux, le Salon de Genève est sans doute l’un des plus importants, avec Paris et Francfort. En plus de réunir la plupart des grands constructeurs, le GIMS (Geneva International Motor Show) est également le seul salon au monde qui réunit en un même endroit la plupart des constructeurs de hypercars, tels que Pagani, Koenigsegg ou encore Bugatti. C’est également à Genève que les préparateurs comme Mansory ou Topcar dévoilent leurs créations, qui font couler beaucoup d’encre. Le salon de Genève, c’est l’endroit rêvé pour présenter de nouveaux modèles, des exclusivités mondiales, des technologies avant-gardistes. Mais le salon de Genève se vit également de l’extérieur.

SALON DE GENÈVE

En effet, pour les passionnés et propriétaires de belles voitures, c’est une période de ralliement. Telle une migration orchestrée, les palaces et les rues de la ville Suisse accueillent les plus belles voitures du monde. Pour certains, c’est une très belle occasion de faire des affaires et passer commande de véhicules exceptionnels. Pour d’autres, c’est l’opportunité de voir rouler des véhicules ultra-rares. Dans ce dossier spécial Genève, nous allons donc aborder ces deux facettes complémentaires du salon de Genève.

À commencer par l’événement lui-même et ses nombreuses folies. Malgré les difficultés auxquelles font face les salons (absence de constructeurs, baisse de la fréquentation etc…), Genève a su rester incontournable. En effet, un véritable show automobile extérieur, sans lien avec le premier, contribue à l’aura de l’événement et permet à celui-ci de garder son leadership.

Un salon riche en nouveautés


Parmi les centaines de nouveautés annoncées au salon, Genève reste un lieu privilégié des marques premium et sportives. C’est au salon de Genève que sont exposées les toutes dernières voitures ultra-sportives et ultra-luxueuses. C’est donc cet axe qui nous servira de base pour parler de ce salon pas comme les autres. Entre les nouveautés de Ferrari, Lamborghini, RUF, entre le stand Aston Martin qui proposait pas moins de 3 véhicules ultra sportif, 2019 était un très très beau cru. Mais attardons-nous sur certains événements en particulier.

SALON DE GENÈVE

Les 20 ans de la Pagani Zonda


C’est à Genève, en 1999, que Pagani Automobili s’est lancé, avec la Zonda C12. Encore une preuve, s’il en fallait, que ce salon est un havre pour les voitures ultra-sportives. Avec le temps, la Zonda est devenu un monument du monde automobile, véritable supercar des années 2000 ayant marqué toute une génération de passionnés. Vingt ans après, la Pagani Zonda souffle sa 20ème bougie, sous le regard fier de son créateur, Horacio Pagani. Afin de marquer le coup, l’italo-argentin a décidé de surprendre tout le monde avec un véhicule entièrement restaurée.

Mais il ne s’agit pas de n’importe quel véhicule, puisqu’il s’agit de la toute première Pagani Zonda construite, avec le châssis 001. Ce modèle avait été utilisé pour les crash-tests et l’homologation de la C12, et a été entièrement restauré pour ressembler à la Zonda C12 présentée en 1999. Cette restauration de longue haleine met en exergue le travail artisanal qui a fait la réputation de la marque italienne depuis sa création, en plus de montrer les possibilités offertes par le département de restauration “Pagani Rinascimento”. Force est de constater que malgré les années, la Pagani Zonda reste une icône automobile intemporelle, ayant su garder son âme sensuelle mais bestiale. La Pagani Huayra roadster bleu matte qui se trouvait également sur le stand passerait presque inaperçue.

SALON DE GENÈVE

La voiture la plus chère du monde, par Bugatti


Pour son 110ème anniversaire, Bugatti a assuré le show, avec un nouvel emplacement et un stand agrandi accueillant trois véhicules. Au centre, la voiture surprise, et à ses côtés, la Bugatti Divo et la Bugatti Chiron 110 ans. Une belle brochette.

La communication de Bugatti qui précédait le Salon de Genève ne laissait aucun doute sur ce que la marque française était en train de préparer. Les clins d’oeils à la mythique Bugatti Type 57 SC Atlantic des années 30 étaient beaucoup trop nombreux. Mais lorsque Bugatti a présenté La Voiture Noire, beaucoup n’y ont vu qu’une Chiron recarrossée.

SALON DE GENÈVE

Pourtant, ce serait une grave erreur de la réduire à cela. L’attente suscitée par ce modèle a certes fait naître des fantasmes, mais la Voiture Noire est un réel hommage à la fameuse voiture éponyme de Jean Bugatti : une des quatre Type 57 SC Atlantic, disparue pendant la deuxième Guerre Mondiale. Bugatti ne disposant que d’une unique plateforme, il ne pouvait réellement s’agir d’une réinterprétation néo-rétro de l’Atlantic. Il s’agit davantage d’une vision moderne, qui s’en inspire fortement.

La Voiture Noire reprend plusieurs éléments caractéristiques, comme la fameuse épine dorsale qui se prolonge sur tout le long de la voiture, ou encore les six pots d’échappements incrustés sous un diffuseur gigantesque Plus longue, avec un empattement en hausse, la Voiture Noire semble s’étirer de façon interminable.

Malgré une motorisation en tous points similaire à une Chiron, la Voiture Noire se singularise par une esthétique respirant la volupté et l’élégance. Mais une telle prestance a un prix : 16,7 millions d’euros, ce qui en fait la voiture la plus chère du monde. Pour l’image de marque, ce n’est pas négligeable. À ce sujet, selon plusieurs rumeurs, son propriétaire serait Ferdinand Piëch, ex grand-patron du groupe Volkswagen et petit fils de Ferdinand Porsche. Quoiqu’il en soit, le propriétaire est sans aucun doute un grand fan de la Bugatti Atlantic d’antan.

 

Koenigsegg, la relève


Là où Pagani nous surprend avec ses créations artisanales et son sens du détail, Koenigsegg nous impressionne par ses avancées technologiques et sa volonté de se dépasser à chaque fois. Il ne fallait pas rater cette édition 2019 du salon de Genève, car elle annonçait la fin de la lignée Agera, commencée en 2010. La marque suédoise a officialisé la relève : la Koenigsegg Jesko.

Toujours plus haut, toujours plus loin. Koenigsegg répond à une philosophie d’innovation constante, et son dernier modèle ne déroge pas à la règle. La Regera se voyait comme une GT, alors que la Jesko est une véritable auto de course homologuée route et embarquant énormément de technologie. Nouveaux amortisseurs, nouvelle coque carbone plus rigide, nouvel aileron arrière produisant jusqu’à 1700 kg d’appui aérodynamique. L’apparition d’un nouveau vilebrequin plat, unique au monde, est une merveille technologique à part entière, alors que la boîte de vitesse à embrayages multiples, plus légère, permet au conducteur de passer n’importe quelle vitesse sans perturber le rapport. Les mordus de mécanique et de technologie en ont pour leur argent.

SALON DE GENÈVE

Avec des lignes agressives et séduisantes, la Jesko attire le regard. Avec 125 exemplaires annoncés, la production reste très exclusive : posséder une Koenigsegg équivaut à faire partie d’une famille.

D’ailleurs, le nom du modèle, Jesko, est un hommage au père de Christian Von Koenigsegg. Décidément, le salon de Genève est un moment privilégié pour que les constructeurs entrent en communion avec les visiteurs, au-delà de leurs préoccupations primaires (vendre des véhicules).

Le GIMS se vit à l’extérieur


À l’intérieur, une exposition statique. À l’extérieur, une exposition dynamique. Le salon de Genève est l’occasion pour certains propriétaires de sortir leurs véhicules de collection. Les visiteurs du salon peuvent faire d’une pierre deux coups, et s’aventurer en ville pour espérer y trouver des véhicules d’exception. De plus, certains constructeurs, comme Apollo, optent pour des techniques différentes pour faire parler d’eux, en faisant tourner leurs véhicules en ville. Entre modernité, rareté et exclusivité, la ville de Genève regorge de trésors automobiles.

SALON DE GENÈVE

Le salon de l’auto extérieur


Cette édition du GIMS était particulièrement intéressante en termes d’automobiles d’exception venus visiter le salon. Nous pouvons par exemple relever la présence d’une Pagani Zonda bleue. Une présence qui n’est pas anodine, vu que l’auto fête ses 20 ans. Mais cette Zonda n’est pas venue seule, accompagnée d’une Lexus LFA équipée du pack Nürburgring. Ces deux véhicules ultra-rares étaient régulièrement conduits pendant toute la période du salon, pour le plus grand plaisir des badauds et passionnés autos qui ont croisé leur chemin.

La présence d’une sublime Koenigsegg Agera RS jaune ne passait pas inaperçue. À l’heure actuelle, il s’agit du véhicule de série le plus rapide du monde. Quand bien même les rues de Genève ne permettent pas à l’auto d’exploiter son plein potentiel, voir une Koenigsegg rouler est toujours une fête. Imposante et majestueuse, la suédoise dégage une prestance indéniable. Avec ses lignes taillées pour la vitesse, on ne peut s’empêcher de s’imaginer qu’une telle auto se sentirait mieux sur un circuit.

SALON DE GENÈVE

Genève est devenu l’espace de quelques jours l’épicentre d’un ballet de supercars. Entre les nombreuses Pagani Huayra, Bugatti Chiron et autres Porsche GT2 RS, les voitures les plus performantes au monde se donnaient en spectacle. Une véritable orgie visuelle et auditive pour tout passionné d’automobile.

Les sorties et visites


Les propriétaires de supercars viennent du monde entier à Genève pour y découvrir le salon, mais également pour passer un bon moment. C’est l’occasion pour beaucoup de visiter les nombreuses concessions automobiles et manufactures horlogères environnantes. Les marques de montres suisses s’empressent de proposer des visites guidées de leurs locaux, pour partager leur philosophie avec de potentiels clients.

SALON DE GENÈVE

Le monde de l’horlogerie et celui de l’automobile partagent de nombreux points communs. Et il est toujours plaisant de voir les synergies s’opérer. Comme lorsque l’on croise une meute de Lamborghini Aventador SVJ se rendant à une visite. La Lamborghini Aventador SVJ est le modèle le plus puissant et performant de la gamme Aventador à ce jour.
Top