Maserati Ghibli Hybride La première Maserati électrifiée

Maserati Ghibli Hybride La première Maserati électrifiée

Le constructeur italien Maserati est en plein renouvellement. Dans l’ère du temps, l’annonce de la transition électrique pour la marque au trident s’annonce difficile mais nécessaire pour se restructurer et relancer la marque tout en s’adaptant aux nouvelles normes. Voici donc le premier véhicule hybride de Maserati : la Ghibli. Il s’agit néanmoins d’une hybridation très légère comme nous pouvons en voir assez souvent. Mais il y a un début à tout, et ce véhicule ouvre une nouvelle ère pour la marque au trident, en attendant notamment leur future supercar électrifiée MC20.

Esthétiquement, la Ghibli hybride reçoit un léger lifting que seul un oeil curieux et averti pourrait repérer. En effet, l’auto possède de nouvelles optiques avant et arrière, une nouvelle signature lumineuse dans les phares, ainsi qu’une nouvelle calandre plus marquée. En revanche, compte tenu qu’il s’agit du premier véhicule électrifié de Maserati, le constructeur a voulu marquer le coup avec des éléments bleus (étriers de freins etc), mais il y a fort à parier que tout ceci sera personnalisable. Une nouvelle couleur (Grigio Evoluzione) fait également son apparition.

Dans l’habitacle, quelques changements sont à noter. À commencer par le tableau de bord qui devient 100% numérique. Puis comment oublier le cuir surpiqué de bleus pour rappeler l’électrification, ou encore le nouveau système d'infodivertissement. Bien souvent, l’électrification s’accompagne d’une hausse technologique dans l’habitacle, et c’est bel et bien le cas ici.

Sous le capot, la grande nouveauté. En effet, la Ghibli perd deux cylindres puisque le bloc V6 est remplacé par un 4 cylindres 2,0 L (une première pour une Maserati de série !), couplé à un système électrique (alterno-démarreur) de 48V et un compresseur électrique (eBooster). Quoiqu’il en soit, le moteur développe 330 chevaux pour 450 Nm de couple maximal. Une boîte ZF à 8 rapports envoie la puissance aux roues arrière.  Son hybridation légère n’est pas suffisante pour échapper au malus ni à une TVS dissuasive, ceci dit en passant ! Quoiqu'il en soit, qui dit hybridation, dit consommation et émissions en nette amélioration : les émissions de CO2 baissent de l’ordre de 25% (entre 192 g/km et 216 g/km) tandis que la consommation passe à 8,5 L / 100 km (soit mieux que les V6 essence, mais moins bien que les V6 diesel qui règnent avec 6 L / 100 km).

Fiche technique

  • Moteur : 4 cylindres 2,0 L
  • Puissance : 330 ch
  • Couple : 450 Nm
  • Poids : 1950 kg
  • 0-100 km/h : 5,7 sec
  • Vitesse max : 255 km/h
  • Prix : Non communiqué