Porsche Taycan Turbo S de 2019

Porsche Taycan Turbo S de 2019

Avec la Porsche Taycan, présentée en 2019, Porsche marque sa volonté de s’engager de façon durable dans une nouvelle stratégie : le virage vers l’électrification. Le constructeur allemand a tout fait pour conserver son ADN et notamment sa sportivité. La Porsche Taycan est une quatre roues motrices résolument sportive mais… silencieuse. C’est l’entrée officielle d’un mythe de la compétition dans l’ère de l'électro-mobilité, avec toutes incidences positives que peuvent avoir le blason et l’image de marque.

Esthétiquement, la Porsche Taycan s’inspire clairement de la Panamera (et plus indirectement de la 911), malgré un gabarit légèrement plus compact. Mais c’est pourtant le concept Mission E qui a établi une feuille de route pour ce qui serait la Taycan, en mettant l’accent sur l’aérodynamisme inhérent aux véhicules électriques (le Cx est de 0,22). C’est pourquoi les poignées de portes sont escamotables, ou qu’il n’y a aucune sortie d’échappement, par exemple. Plus récente que la Panamera, les codes esthétiques de la Taycan sont également plus modernes, notamment au niveau des feux avant (plus fins) et arrière, qui lui confèrent un design plus épuré.

Dans l’habitacle, la Taycan est confortable. Quoique elle procure moins d’agrément et d’aisance qu’une Panamera. Petite anecdote : Porsche se veut également éco-responsable, et propose un intérieur sans cuir sur sa Taycan. La Porsche Taycan a beau avoir deux espaces de rangements (l’un à l’avant et l’autre à l’arrière), les deux cumulés restent légèrement inférieur à celui de la Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid.

Il se murmure d’ailleurs que la Porsche Taycan pourrait également recevoir une déclinaison Sport Turismo, qui est apparue pour la première fois sur une … Panamera. Histoire de donner un look break sportif à notre berline, tout en renforçant son volume de chargement et son espace habitable. 

Là où la Porsche Taycan se démarque, c’est sur son côté 100% numérique (pas moins de 3 écrans), tandis que celui d’une Panamera possède des vestiges de boutons physiques (ne serait-ce que la boîte de vitesse analogique). La console est affinée, l’écran central est ultra-large, et le passager a même son propre écran intégrant de l’infotainment (écran optionnel, pour le coup). La Taycan est mieux fournie en matière d’équipements de série liées à l’aide à la conduite (par exemple, l’aide au maintien de voie, qui est une option sur la Panamera).

La batterie lithium-ion de 270 kW possède une capacité de 93,4 kWh et est complètement intégrée sous le plancher du véhicule, ni vu ni connu. Sur les 2295 kg affichés, la batterie à elle seule est responsable pour environ 625 de ceux-ci. Selon Porsche, l’autonomie de la Taycan Turbo S est de 412 km (en cycle WLTP). Toutefois, l’autonomie réelle pourrait être revue à la baisse (tout du moins si l’on en croit les soupçons de surévaluation, abordés dans les brèves électriques de ce numéro). Les ingénieurs allemands ne s’en sont jamais caché : l’autonomie n’était pas une priorité lors du lancement de la Taycan puisqu’il fallait davantage miser sur la sportivité.

Au niveau de la recharge, un plein dure 2h30 sur une borne à 50 kW. Sur une Wallbox 7kW, il faut compter environ 13 heures pour une recharge complète (30 km gagnés par heure de charge environ). Sur une borne à recharge rapide (jusqu’à 270 kW pour le Taycan), la batterie peut se charger de 5 à 80% en environ 22 minutes. Le plein complet demande environ 1 heure. Encore faut-il trouver une borne à recharge rapide en France (le réseau Ionity en est encore à ses balbutiements, bien que des efforts considérables aient été réalisés).

Sous le capot, on trouve deux moteurs électriques synchrone à aimants permanents (un moteur sur chaque essieu). Même si l’on parle de “Turbo S”, il n’y a aucun turbo sous le capot. Il s’agit d’une simple volonté de Porsche de conserver une logique dans la nomenclature de puissance au sein de sa gamme. La puissance maximale cumulée est de 761 chevaux (625 chevaux en puissance réelle). Ces 761 chevaux sont bien réels, mais uniquement atteints lorsque l’on utilise la fonction Overboost. 

 

En véritable sportive, la Taycan Turbo S propose un mode “Launch Control”, qui permet de faire des départs arrêtés, en profitant de l’intégralité du couple de façon instantanée. La Taycan possède une transmission intégrale et une boîte de vitesse à deux rapports. Le premier rapport (assez court) permet les grosses accélérations, tandis que le second (plus long) assure la gestion de l’autonomie. Véritable plaisir à conduire, la Taycan Turbo S assure le plaisir et le sourire grâce à ses accélérations fulgurantes et son freinage puissant.
Silencieuse (quoique pas muette), il est en effet possible d’amplifier le son électrique si caractéristique dans l’habitacle. Une symphonie différente des moteurs thermiques, mais à laquelle il faudra très certainement s’habituer à l’avenir.

Porsche Taycan Turbo S

  • Puissance : 760 ch
  • Couple : 1050 Nm
  • 0-100 km/h : 2,8 s
  • Autonomie : 412 km
  • Vmax : 260 km/h
  • Consommation : 26,9 kW/h
  • Emissions : 0 g/km
  • Poids : 2295 kg
  • Longueur : 4960 mm
  • Largeur : 1970 mm
  • Hauteur : 1380 mm
  • Prix : à partir de 189,152 euros

Top