Jaguar F-Pace SVR, le félin sort les griffes

Jaguar F-Pace SVR, le félin sort les griffes

Le Jaguar F-Pace voit le jour en 2015 au salon de Francfort. Il s’agit des premiers pas du constructeur anglais sur le segment des SUV, dominé à l’époque par le Cayenne et ses multiples déclinaisons depuis de nombreuses années. Quoiqu’il en soit, le F-Pace poursuit sa route, et se radicalise grâce au département SVO. En effet, en mars 2018, sort la version sportive du SUV : le F-Pace SVR. Nous sommes bien loin de l’image de la berline de luxe destinée aux séxagénaires fortunés.

Avec un premier regard, la différence est flagrante entre un F-Pace et un F-Pace badgé SVR. La nouvelle couleur de carrosserie “Ultra Blue” d’un bleu pétant peut être un indice, mais pas suffisant. Les boucliers (avant et arrière) sont plus imposants sur un SVR. Mais surtout, la face avant est particulièrement agressive, avec ses ouïes sur le capot moteur ainsi que ses immenses entrées d’air, qui s’allient joliment avec la lame avant. La calandre intègre un capteur en son centre, au niveau du logo Jaguar, tandis que le logo SVR est situé en bas à droite. Chaque détail du SVR est fonctionnel afin d’avoir la voiture la plus efficace possible, comme ce spoiler arrière ou encore ces quatre sorties d’échappement qui mettent en exergue son dynamisme.

Dans l’habitacle, Jaguar mise avant tout sur la sportivité, c’est un indéniable. En effet, on y trouve de série des sièges baquet à l’avant mais également à l’arrière. On pourrait croire que le confort en prend un coup, mais ce n’est pas le cas. Fermes, mais confortables. Certes, l’intérieur velouté et douillet du Range Rover Velar est tout de même plus adapté pour avaler les kilomètres lors de longs trajets, notamment pour les passagers arrière. En revanche, le F-Pace SVR possède un des plus grands coffres de son segment ! Plus grand encore que celui de son cousin anglais (650L contre à peine 513L), de quoi le rendre paradoxalement plus pratique.

La planche de bord est reprise des autres modèles sans trop de changements si ce n’est un joli volant sport à trois branches qui intègre des palettes en alu (sportivité oblige). L’affichage tête-haute est en option, tout comme l’écran multimédia séparé.
Il s’agit d’un V8 Supercharged (donc compressé) et répond aux normes Euro 6d. Comme nous vous l’avons déjà dit dans l’introduction, le F-Pace SVR est équipé du V8 5,0L Supercharged développant 550 chevaux pour un couple maximal de 680 Nm. Une belle bête, qui lui permet d’abattre le 0 à 100 km/h en 4,3 secondes.

En d’autres termes, les performances sont légèrements supérieures à celles du Velar SVA (+0.2 secondes sur le 0 à 100 km/h), ce qui peut s’expliquer entre autres par un poids plus léger que son cousin (-90 kg). Le SVR est équipé d’une transmission intégrale et d’une boîte automatique à 8 vitesses. Conduire le F-Pace SVR est enthousiasmant et procure de réelles émotions de conduite. C’est peut-être pour cela que Jaguar est passé d’un réservoir de 60L sur les F-Pace à un réservoir de 80L sur le SVR...
 

Top